Edito « Entre générations, en quête de complicité » – revue Nouvelle Cité, novembre-décembre 2016

A Noël, un rendez-vous à ne pas manquer

Dans moins d’un mois, un immense chassé-croisé, tant ferroviaire que routier, va ramener au nid familial enfants et petits-enfants à l’occasion des fêtes de fin d’année. Dans certains cas, ce sont les seniors qui se livreront à cette migration hivernale pour rendre visite à leur nichée. Noël, fête emblématique s’il en est, des retrouvailles entre générations ! Chaleureuses souvent, mais parfois sous-tendues de tensions et de rancœurs, étouffées par des rituels en perte de sens, un trop-plein de victuailles et de cadeaux.
Pour de nombreux grands-parents, outre le plaisir de faire partie de ces grandes tablées et de distribuer des étrennes à leurs descendants, l’occasion sera belle d’oser expliquer aux plus jeunes l’origine et l’esprit de cette fête. À savoir que le cadeau principal de Noël, c’est celui d’un « Emmanuel » (Dieu avec nous) donné à l’humanité au cœur de nos joies et de nos souffrances. Alors, bien sûr, place aux festivités et aux échanges de recettes de grands-mères, part belle aux fous rires autour de jeux de société et aux liaisons Skype avec les absents retenus au bout du monde. Noël est avant tout un temps spirituel et relationnel. C’est la fête de l’Incarnation !

Lors du jubilé de la Miséricorde, le pape François encourageait les 7 000 personnes âgées présentes à persévérer dans leur mission première et essentielle, celle de transmettre les racines et la mémoire de leurs peuples aux nouvelles générations. Les aînés ont tant de choses à nous raconter sur l’histoire, la foi, les valeurs, la vie ! Aux plus jeunes, il implorait de les écouter, d’ouvrir leur cœur à leur mémoire. « L’une des choses les plus belles de la vie de famille, de notre vie humaine de famille, est de caresser un enfant et de se laisser caresser par un grandpère ou une grand-mère », concluait-il. Pourquoi ne pas profiter de ce temps de rassemblement familial pour vivre davantage cet échange ? Dans les deux sens. Dieu s’est fait petit enfant.

Émilie TÉVANÉ et Chantal JOLY

Pour en savoir plus feuilletez ce numéro de la revue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *