Des signes positifs

Des signes positifs

Des signes positifs. L’an passé à pareille époque, nous attendions avec impatience l’arrivée d’un vaccin miracle. Douze mois plus tard, le virus n’a pas renoncé à bousculer nos existences ; dans nos vies et nos familles, mais aussi au niveau de la société française, appelée à élire son prochain président ou sa présidente dans quelques mois. À l’offre politique perturbante, viennent s’ajouter au rayon des incertitudes cette interminable pandémie et les périls environnementaux de plus en plus pressants. Dans ce tableau, il s’agit de trouver des signes d’espérance. En décembre, les scouts, catholiques et protestants, se sont retrouvés autour de la lumière de la paix de Bethléem ; depuis, et jusqu’à fin janvier, ils l’offrent autour d’eux. Nous avons plus que jamais besoin de faire confiance à cette petite flamme, à l’histoire improbable de cette naissance bien précaire qui a bousculé une bonne partie de notre planète.

Serait-ce donc de la jeunesse que viendraient des signes positifs ? Une étude récente sur les attentes des 18-24 ans vis-à-vis de l’entreprise met au jour une posture plus altruiste qu’attendue. Le respect (58 %) et la confiance (45 %) sont plébiscités parmi les valeurs phares incarnant une entreprise, reléguant loin derrière la compétitivité (8 %). Les jeunes « sont moins prêts à accomplir des tâches dont ils ne comprennent pas le sens ou qui ne s’articulent pas à leur quête », explique Anne Muxel, chercheuse en sociologie et science politique au CEVIPOF (CNRS/Science Po). Il en découle une grande exigence envers le monde des adultes. Dans le domaine politique, explique la chercheuse, les jeunes sont attentifs au « respect des promesses électorales ou à l’efficacité de l’action publique. Vis-à-vis des entreprises, cela s’exprimera à travers le boycott de celles qui ne respectent pas certaines valeurs. Il y a là toute une éthique. Cette dynamique du respect et de la liberté permet de décliner leur façon d’être et leurs attentes vis-à-vis de la société dans tous les aspects de leur vie. » Voici une ligne de conduite qui pourrait inspirer leurs aînés et contribuer à rendre la société plus juste, plus ouverte, plus attentive. Et cela dépasse largement les choix électoraux à poser les 10 et 24 avril.

À toutes et tous et à chacune de vos familles, nous souhaitons une heureuse année 2022 !

Émilie TEVANE et Philippe CLANCHÉ

redaction@nouvellecite.fr

Pour en savoir plus ACHETEZ CE NUMÉRO ONLINE
ou bien
Abonnez-vous à la lettre gratuite !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *