19 Commentaires sur “Charlie Hebdo – Le coup de crayon de Nouvelle Cité

  1. France says:

    Nous ne sommes pas Charlie. Nous sommes Chiara.

    Nous pensons que tous les hommes sont candidats à l’unité et à la fraternité. Que l’amour est plus fort que la haine, et la vie que la mort. Nous suivons Jésus jusque dans son abandon, son rejet, son humiliation. Avec lui, nous pardonnons à ceux qui nous offensent.

    Le crime horrible contre le journal Charlie Hebdo nous révolte et nous compatissons de tout notre cœur à la douleur des familles et des proches des victimes. Plusieurs se prévalaient de leur athéisme : nous qui croyons à un Dieu de miséricorde, nous sommes heureux de pouvoir Lui remettre ces personnes avec confiance. Nous L’implorons aussi afin que l’esprit et le cœur des assassins puissent être touchés par la grâce du repentir.

    Nous respectons les lois de notre pays, qui autorisent une très large liberté de parole, dont nous bénéficions. Ces lois prévoient aussi des procédures, qui sont une arme contre les auteurs d’images ou écrits injurieux, mensongers, haineux.

    Nous ne sommes pas Charlie, car ce journal avait choisi l’intolérance et la violence envers les opinions et les croyances qui n’étaient pas les siennes, même si sa violence était ‘seulement’ celle de l’expression. Nous ne faisons pas partie des complices ou complaisants qui payaient pour voir défigurer et avilir des personnages publics ou privés symbolisant des valeurs qui n’avaient pas le douteux privilège de plaire aux Charlie.

    Nous avons du rire une conception plus subtile et plus large, sans doute.

    Nous ne sommes pas Charlie et le lui ferons savoir dans l’avenir chaque fois qu’il tombera dans la provocation, l’obscénité, l’insulte. Ce journal a payé à un prix exorbitant ce qu’il estimait être sa liberté. Que ce ne soit pas la peur qui trace maintenant sa ligne d’action mais une conception plus haute de la liberté et de la vérité.

    • Hombeline says:

      Jeudi et vendredi, j’ai parlé avec mes collègues …
      Pour moi « Je suis Charlie » n’est pas une identification aux journalistes de Charlie Hebdo et à leurs publications qui ont blessé des personnes .C’est plutôt le slogan d’une résistance à l’uniformité de pensée…dans le sillage de cette phrase attribuée à Voltaire « je ne suis pas d’accord avec vous mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire »
      Il est important pour moi de défendre le respect vis à vis de l’opinion de l’autre même si je la désapprouve.

    • Benoît says:

      Je suis songeur à la lecture de la position de NC France à propos de cette affaire. D’un côté, je comprends parfaitement que certains estiment que la liberté d’expression a des limites, en particulier que les appels à la haine (pour résumer) doivent être sanctionnés par l’Etat. D’un autre côté, il me semble raisonnable de penser que c’est au pouvoir judiciaire qu’il revient d’intervenir lorsque les limites sont dépassées, pas à un journal ou à une maison d’édition comme Nouvelle Cité. Nous n’avons pas à nous positionner en détenteurs des « bonnes limites » de la liberté d’expression, me semble-t-il. Sans quoi on court le risque de tomber dans les travers de groupes fondamentalistes, extrémistes. Cela ne veut pas dire qu’il faut éviter le débat évidemment!

  2. Bénédicte says:

    France,

    Vous avez raison nous ne sommes pas Charlie, c’est pourquoi dans la caricature nous avons pris le soin d’écrire  » nous sommes AVEC Charlie pour bien nous démarquer de la ligne satirique du journal. Ne sommes-nous pas les frères et sœurs de Charlie ?

    Bénédicte

  3. Roland Poupon says:

    Merci à Nouvelle Cité et merci à France pour son commentaire. je crois que notre seule réaction saine devrait être de travailler avec plus de force et de passion pour construire des ponts avec tout le monde, particulièrement avec les musulmans. Ce n’est sûrement pas en augmentant notre manque de respect pour Mahomet , soi-disant pour défendre la liberté, qu’on arrivera à construire un monde meilleur. Cela servira seulement à mettre dans l’embarras un peu plus les bons musulmans de France et pousser les extrémistes à recommencer : est-ce que c’est utile d’être inconscient ? Contre la haine il n’y a que la non-violence de l’amour, du dialogue et du pardon qui peut faire quelque chose. Moi non plus je ne me sens pas de dire que « je suis Charlie ». Par contre je suis Charb et chacun des autres dessinateurs assassinés, je suis chacun des victimes de ce carnage, et vous m’excuserez si je vous dis que je suis aussi ces pauvres assassins qui n’ont rien compris à la beauté de la vie que Dieu leur a donnée: ce sont tous mes frères en humanité et je souffre immensément pour chacun d’eux ces jours-ci et je me demande avec mes amis (à cheval sur la France et le Moyen Orient où je vis depuis plus de 40 ans), ce que nous devrions faire encore en plus pour éviter qu’un tel drame se reproduise. Roland Poupon

  4. J-M DESSAIVRE says:

    Je suis Charlie, sans état d’âme !

    Si le chrétien n’est pas prêt à dire #jesuischarlie, je crains qu’on se retrouve un jour en train d’écrire un poème comme celui de Niemöller:

    Lorsque les nazis sont venus chercher les communistes,
    je n’ai rien dit,
    je n’étais pas communiste.

    Lorsqu’ils ont enfermé les sociaux-démocrates,
    je n’ai rien dit,
    je n’étais pas social-démocrate.

    Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes,
    je n’ai rien dit,
    je n’étais pas syndicaliste.

    Lorsqu’ils sont venus chercher les juifs,
    je n’ai rien dit,
    je n’étais pas juif.

    Lorsqu’ils sont venus me chercher,
    il ne restait plus personne
    pour protester.

    Martin Niemöller

    Je suis Charlie, sans état d’âme !

    • Roland Poupon says:

      Cher Jean-Marie,
      Il est très beau ce poème! Il critique avec raison ceux qui ne disent rien. J’espère que tu ne vas pas me mettre dans ce camp-là: je t’assure que « je dis » te toutes mes forces et partout où je peux. Mais on ne peut pas dire n’importe quoi: continuer à soutenir les caricatures contre Mahomet, c’est blesser gratuitement une foule de gens authentiques et sincères et donner des excuses à ceux qui commettront les prochains attentats. Il faut aussi réfléchir aux conséquences de ce qu’on dit. En tous cas, j’ai dit que je suis Charb et tous les dessinateurs qui ont été lâchement tués: là ça n’a rien à voir avec le contenu de leurs dessins et j’ai dit que je suis aussi les pauvres assassins qui ont fait ce massacre: question d’humanité! En tous cas je respecte ce que tu penses: on n’est pas obligés de réagir tous de la même manière, l’important c’est de réagir.

  5. Pierre says:

    Je suis Charlie! Et Je suis Charlie en tant que Athée ! Nous pouvons rire de tous, sinon notre monde serai bien triste. Ayant des ami(e)s Musulmans, Juifs, Chrétiens et Athées tous ensemble nous rions de ce que Charlie nous a toujours montré , même quand ils se moquaient de telles ou telles religions, et ces personnes, mes ami(e)s, directement concernées par ces dessins, riaient!
    L’étroitesse d’esprit voila notre ennemi principale, et le pire c’est que je peux m’apercevoir que certain d’entre vous en faite partie et je trouve cela consternant…
    Aimons nous les uns les autres, OK. Rions ensemble c’est le petit plus qui fait la différence.
    Je soutiendrai toujours ces personnes dans leurs démarches bien que cela leurs a coûter la vie.

    Je suis Charlie.

  6. Babriv says:

    merci J.M d’avoir retrouvé ce poëme de Niemöller. il exprime profondément ce que je pense!

    Je pleure sur tous ceux qui sont morts, les journalistes pour leur liberté de penser, les clients de l’épicerie pour leur liberté religieuse, les policiers pour leur engagement, les passants de la rue dans leur liberté de se promener .
    Et aussi sur ces gamins, qui ont grandi paumés, en recherche d’un idéal, d’une identité, et se sont retrouvés « sectarisés », inoculés d’une idéologie de haine, qui les amènent au pire. Ils sont issus de notre société, de notre pays. . .!
    je peux dire que ça m’a remis devant ma responsabilité de vivre avec chacun, à chaque instant dans l’amour,
    me souhaitant que ce dépoussiérage perso tienne sur le long terme !

  7. Benoît says:

    Eh bien moi, je suis Charlie, résolument! Et non, dire que CH a choisi l’intolérance et la violence, excusez-moi, mais je reste totalement pantois!

    C’est aussi une vertu humaine de pouvoir rire de soi-même, de ne pas se prendre totalement au sérieux. CH est un journal satirique, humoristique, caricatural. Vous voulez interdire la satire, l’humour, la dérision et la caricature? Vous voulez brider la liberté de s’opposer aux croyances des autres? (on parle bien de croyances, pas de faits objectivement établis!). Je suis terrifié de lire la position de Nouvelle Cité à cet égard.

  8. Pingback: Charlie-hebdo : « le coup de crayon » de Nouvelle Cité | Mouvement des Focolari

  9. LUCIANI says:

    C’est bien dans ces moments là que les mots aimer et pardonner prennent toutes leur valeurs et leurs sens.
    Je suis Charlie, non pas que je partage l’ensemble des opinions de ce journal mais tout simplement parce qu’il est totalement inacceptable de se faire tuer pour ses opinions, aussi « limites » soient elles par moment. Je suis Charlie, car j’ai aussi une pensée pour les familles des assassins, pour les assassins eux mêmes, victimes de leur propres violences. Ce n’est pas 17 victimes, mais bien 20. Je suis Charlie enfin car après les moments d’émotion légitime, il va nous falloir (re) apprendre à se sourire, se dire bonjour, et ne pas avoir peur de l’autre dans ces différences.

  10. Chapuset says:

    Oui, Hombeline, Jean-Marie, Pierre, Benoit et d’autres…. » Je suis Charlie »aussi.
    En souhaitant que le « dépoussiérage » perso, évoqué par Babriv, ne soit justement pas uniquement perso , mais qu’il nous concerne tous ( enfin!) ; dans ce » vide -grenier » de nos ambiguïtés!
    On a besoin de savoir où en est notre liberté de pensée, au sein du mouvement et l’occasion s’y prête cruellement.
    Claire.

  11. Daniel G says:

    Papa de 5 enfants (entre 44 et 30 ans actuellement), si j’ai pu leur laisser une trace d’éducation à ce que je crois de l’humain (pour l’avoir moi-même expérimenté!), elle se résume à quelques mots : « Si vous voulez sortir de l’ordinaire, il faut être forts ».
    Chacun, à sa manière, a pu le vérifier dans sa propre vie, particulièrement à travers les souffrances qu’ils ont vécu dans leurs choix libres de toute contrainte (encore une fois, je l’ai moi-même vérifié!).
    Ce qui s’est passé à Charlie Hebdo est vraiment une confirmation de cet adage, mais je ne pensais pas qu’il fallait être fort « jusqu’à donner sa vie » ! (Ou se la faire prendre?).
    Quelque soient nos opinions à ce sujet (et vive la diversité!), je pense pouvoir donner un titre à la merveilleuse caricature de Nouvelle Cité (j’espère en rencontrer l’auteur un de ces jours) : A CARICATURE, CARICATURE ET DEMI(E?) !

  12. Laura Montminy says:

    Bonsoir En ce qui me concerne j’ai trouvé pertinent ce texte et je suis relativement d’accord avec l’auteur. Je trouve égallement que ces meutres sont affreux et choquants. Je considère qu’il serait l’heure de se battre contre ce genre d’ atteintes contre la liberté d’expression. Je trouve également qu’il est nécessaire dans ce but de re-trouver et faire comprendre pourquoi Charlie c’est nous. C’est pourquoi j’ai monté le site http://facebook.com/le.daily.charlie/. L’idée du site est de prendre de vielles Unes de Charlie Hebdo et de les recontextualiser notamment historiquement, pour permettre même aux plus jeunes de comprendre l’esprit de Charlie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *