1964, une année marquante

1964, une année marquante

LE DISCOURS DE VALTOURNENCHE ADRESSÉ AUX FOCOLARINI MARIÉS s’inscrit dans l’histoire des Focolari et de l’Église de manière forte. Les autres événements qui marquent les esprits sont la mort tragique d’Eletto Folonari et la naissance de la première cité-pilote à Loppiano, près de Florence. 1964, une année marquante.

Le 11 juillet 1964, Chiara Lubich prononça un discours fondateur particulièrement important à Valtournenche, commune italienne de la vallée d’Aoste. Elle s’adressait aux focolarini mariés. Dans ce discours, elle revint en détail sur la vocation des personnes mariées consacrées, désormais reconnues par l’Église comme partie intégrante du focolare. Trois mois plus tard, le 24 septembre 1964, Igino Giordani (Foco) adressa une lettre mémorable aux focolarini mariés, en écho à ce discours de Valtournenche dans laquelle il écrivait : « Nous sommes les premiers, dans l’histoire de l’Église, à entrer avec égalité de devoirs, dans la maison réservée jusqu’alors aux consacrés vierges. Égalité de devoirs, mais aucun droit si ce n’est celui d’aimer toujours, comme nous l’a toujours enseigné Chiara. »

Le lendemain de ce fameux discours, le 12 juillet 1964, un drame se déroula dans la réserve naturelle de Monterano au nord de Rome. Vincenzo Folonari, que l’on appelait Eletto, le frère d’Eli, se noya dans le lac de Bracciano. Chiara l’avait chargé quelque temps auparavant de s’occuper des plus jeunes.

Les personnes mariées consacrées sont désormais reconnues par l’Église comme partie intégrante du focolare.

Ce jour-là, il faisait une promenade en bateau sur le lac avec Gabriele, l’un de ces jeunes qui venait de perdre sa mère et qui avait besoin de changer d’air. Gabriele raconta : « Parvenu au large, Eletto voulut se baigner mais, une fois dans l’eau, il s’exclama : “Elle est trop froide !” » En réalité, il s’était rendu compte qu’il était happé par un tourbillon et peut- être voulut-il décourager le jeune garçon de sauter dans l’eau, sans l’effrayer. Gabriele continua : « Sa vie s’est achevée ainsi avec un autre acte d’amour, lorsque, remarquant qu’il était perdu, il m’a rassuré, en m’incitant à essayer de regagner la rive avec la barque, pendant qu’il soutenait vouloir rentrer à la
nage. »

Ce fut un terrible choc pour tout le monde et Chiara écrivit dans son journal : « Espérons que cette douleur fera naître quelque chose pour eux (pour les jeunes), pour la gloire de Dieu, au sein de l’OEuvre, pour rendre l’Église plus belle. D’ailleurs Eletto n’aurait rien désiré de mieux. »

Naissance de la première cité-pilote

La même année, à Incisa in Val d’Arno, près de Florence, s’ouvrit la première cité-pilote dans la petite localité appelée Loppiano. Le terrain provenait de l’héritage d’Eletto. Don Foresi avait visité ce terrain dans l’intention de le vendre mais, à son retour, il suggéra à Chiara de construire une « citadelle » sur ce plateau. Chiara alla voir le terrain et fut immédiatement d’accord avec Chiaretto.

« Espérons que cette douleur fera naître quelque chose pour les jeunes. » Chiara

Chaque couleur de l’arc-en-ciel devait avoir sa réalisation concrète dans cette cité-pilote : le rouge avec les entreprises, l’orange avec l’ouverture sur le monde extérieur, le jaune avec les écoles de formation et une église, le vert avec les terrains de sport, l’écologie, les maisons de repos, le bleu avec les maisons aménagées selon une certaine harmonie issue de la Sagesse, l’indigo avec l’université et le violet avec les médias.

Le 31 octobre 1964, l’évolution de l’Église réunie en Concile est telle vis-à-vis du Mouvement qu’à la première audience de Chiara auprès de celui qui est devenu Paul VI, elle obtint que le Mouvement puisse avoir un organe central qui serait dirigé par un laïc qui gère l’ensemble. L’essentiel de ce qui faisait l’originalité des Focolari était désormais sauvé.

Peu de temps après, le 5 décembre 1964, l’OEuvre de Marie fut approuvée par la Congrégation du Concile et moins d’un an après, le sera aussi le Conseil de coordination sous la présidence de la fondatrice.

Dominique FILY

Pour en savoir plus ACHETEZ CE NUMÉRO ONLINE
ou bien
Abonnez-vous à la lettre gratuite !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *