Syrie et Jordanie : ce que les médias ne racontent pas

Des milliers de réfugiés syriens sont régulièrement accueillis en Jordanie. Les équipes de Caritas International mettent tout en œuvre pour atténuer leurs souffrances et participer à leur insertion. Le centre audiovisuel Sainte-Claire des Focolari s’est rendu sur place pour divers reportages dont nous reprenons ici les grands traits.

La Jordanie a accueilli ces deux dernières années 1.300.000 Syriens qui ont fuit leur pays. Les ressources de ce petit pays de 6 millions d’habitants sont insuffisantes pour faire face à un tel afflux de réfugiés. Malgré les déséquilibres économiques provoqués par ces arrivées massives, le roi de Jordanie a pris la décision de laisser les frontières ouvertes.

Un reportage rend proche la détresse de ces familles qui ont tout perdu. « Ils ont menacé de nous tuer et notre maison a été brûlée », lâche une jeune femme musulmane. Et une autre : « C’était pire que ce que vous pouvez imaginer : tueries, destructions, bombes… » Sur place, la Caritas Jordanie, aux côtés de nombreuses organisations humanitaires, met tout en œuvre pour alléger le sort de ces frères en difficulté. Wael Suleiman, son directeur et membre du mouvement des Focolari, dit en quelques mots omment l’association tente de faire face dans cette situation extrême. « Caritas Jordanie a répondu à l’appel de l’Église de prendre en charge les réfugiés syriens. 130 000 d’entre eux sont inscrits chez nous. Nous leur offrons une assistance médicale, des services administratifs et éducatifs pour les enfants et des biens de première nécessité. Il est évident que pour la Jordanie, il est difficile d’accueillir ce grand nombre de réfugiés. Mais le pays ne veut pas fermer ses portes. Le roi a ordonné que les frontières restent ouvertes afin de servir nos frères syriens. » …

Acheter le numéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *