Sculpter l’arbre intérieur (Rodin)

Sculpter l'arbre intérieur - Rodin

Maria et Auguste. Amitié indéfectible, immarcescible [1] d’une sœur et d’un frère.

Maria sait que le destin de son frère est grand. Maria le sait avec l’intuition de ce qu’elle perçoit du sacré. C’est elle qui a compris la première.
Maria est seule. Un chagrin d’amour lui a fait choisir la vie religieuse. Ce n’est pas la guérison qu’elle cherche. Mais l’absolu peut tenir lieu de consolation.
Maria, comme un grand saule pleureur dessine le vent.

Devant un arbre, on peut deviner le volume de ses racines, en observant la masse de ses branches et de ses feuilles. L’un est la réplique fidèle de l’autre. Devant un homme, on peut déceler la profondeur de son âme, en considérant la façon dont il se relie aux autres, dont il en a le souci. Toutes les feuilles se déplient comme autant d’expressions d’amour.Maria, comme un jardinier, refuse qu’aucune fleur ne fane, qu’aucun arbre ne pourrisse.
Maria n’a qu’un seul souci : la perfection du génie de son frère. Et pourtant, Auguste ne lui a présenté que quelques dessins, çà et là…
Maria, comme une racine souterraine fait jaillir l’écorce verticale.
La Beauté en toi tu sculpteras.
C’est Maria qui va permettre à Auguste de modeler en lui-même cette grande âme. Libérer la forme juste et parfaite de la masse informe, inerte.
La Beauté, tu n’idolâtreras pas.

Être responsable de son art. Accepter d’être sec par instants. Ne jamais oublier de vivre. Ne jamais détourner ses regards de la forêt des hommes. Voilà le talent à faire grandir, avant l’art. C’est dans ce détachement que l’art se dépouille de ses propres scories. En surplomb, l’inspiration attend le moment opportun.

Maria meurt avant d’avoir prononcé ses vœux. Maria meurt après avoir ouvert une voie à Auguste.

La voie de la Beauté.
Empreinte d’absolu.
Auguste en garde la nostalgie. À la mort de Maria, il demande à être admis au sein de l’ordre du Très Saint-Sacrement.
Auguste devient Frère Augustin.
Auguste a choisi le destin de Maria. Les mots « cœur » et « tendresse » accrochent les mots « lourd », « inconsolée ».

Mais le Père Eymard, prieur de la congrégation, comprend que Frère Augustin n’est pas à sa place. Il y a beaucoup de façons de sauver un homme. Mais il en est une, universelle : l’aimer, seulement pour lui-même. Le Père Eymard laisse Frère Augustin et ne veut se consacrer qu’à Auguste. Un homme n’a qu’une vocation sur terre et qu’une vie pour la réaliser.

Dessine, modèle, taille, émonde, lui souffle le Père Eymard, et donne au monde ton âme au travers de la Beauté. Je suis prêtre et je ne sais pas le faire. Je ne serai jamais comptable de cette responsabilité. Alors que toi… tu pourrais passer ta vie entière au sein d’un monastère, ton art n’en serait pas plus réalisé. Certains prient et sauvent un homme. D’autres peignent, bâtissent ou sculptent et en rendent meilleurs d’autres. Certains sont racines, d’autres troncs et puis il y a tous ceux qui sont branches, feuilles, fleurs et fruits… et tous achèvent le même arbre. Toi, tu es comme un tronc puissant à l’écorce épaisse et rugueuse. Toi, tu es celui qui relie les racines aux fruits. On peut couper une racine, une branche, cueillir une fleur ou un fruit mais jamais le tronc. Tu es une colonne dans la forêt des hommes.

Auguste est étonné d’être rendu à lui-même. Libre pour la Beauté.

En fermant les yeux, ses mains tâtonnent, sentant jaillir une vie encore incertaine. Un monde d’hommes et de femmes, encore prisonniers de la matière, vient à sa rencontre. Hommes des galères, bourgeois héroïques, écrivains, penseurs, hommes des rues, parés des plis de la pierre, dans l’exquise dureté du marbre. Nuques rebelles, torses aux moignons dressés se révoltant contre le Ciel, cuisses raidies dans des mouvements de lutteurs, tous les masques du genre humain se mettent à tomber devant son œil de clairvoyant.

C’est à ce moment qu’Auguste devint Rodin.

 

[1] ) Qui ne peut se flétrir, impérissable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *