Raison garder – Édito de la revue Nouvelle Cité mars-avril 2020

Edito, raison garder - Revue Nouvelle Cité mars-avril 2020

Alors que j’écris cet éditorial, les chiffres montrent que la propagation de l’épidémie due au coronavirus SARS-CoV-2 ralentit. Du moins, dans la province chinoise du Hubei, son épicentre. Toutefois, la crainte de la voir apparaître et se développer dans d’autres provinces ou hors de Chine est toujours présente. Nous savons aussi que cette épidémie entraîne beaucoup moins de morts que la grippe saisonnière, et qu’en France, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Elle ne se transmet pas par des colis en provenance de la Chine (comme des fake news voudraient nous le faire croire).
Pour faire face, la Chine a créé la zone de quarantaine la plus importante de l’histoire de l’humanité. Des hôpitaux sont sortis de terre en une dizaine de jours, des camions aspergent des villes entières de désinfectant, et plus de 600 millions de Chinois vivent confinés.
« En fait, tout le monde s’ennuie beaucoup : plus de shopping, plus de voyages, plus de dîners entre amis… On s’occupe comme on peut, on fait le ménage ou du bricolage. Mais on ne se lamente pas », témoigne Zheng He dans La Croix. « La vie s’est ralentie, il n’y a plus de foule, plus de stress, de bruit. Je n’ai jamais vu Pékin ainsi, c’est irréel », confie Jane Er. Bien réels sont les impacts économiques, politiques et sociétaux du coronavirus.
Cette épidémie a réveillé de vieilles peurs, irraisonnées, celles de la peste et du choléra d’antan. Les médias occidentaux sont accusés de traiter cette information de manière “hystérique”. Elle sert de prétexte pour nourrir les préjugés envers les Chinois et attiser un racisme de mauvais augure. Mais aussi, elle a ouvert des possibilités inattendues. « C’est terrible de dire les choses ainsi, mais cette tragédie mortelle pour Wuhan nous impose un repli sur nous-mêmes, une sorte d’introspection personnelle. Positive », ose dire Jane Er.
En ce temps de Carême, saurons-nous raison garder, faire preuve de bienveillance envers nos compatriotes chinois, le jeûne de fake news et le plein de recueillement ? C’est mon souhait pour chacun d’entre vous, partagé par Philippe Clanché, journaliste aguerri qui vient de rejoindre Nouvelle Cité.

Émilie TÉVANÉ
emilie.tevane@nouvellecite.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *