Priorité aux victimes

Libérer la parole et recréer la confiance

Priorité aux victimes. PREMIÈRE DÉCISION CONSÉCUTIVE À L’ENQUÊTE DE GCPS, la Commission Reconnaissance et Réparation, ouverte suite au rapport de la Ciase, va accueillir les personnes agressées sexuellement au sein du mouvement des Focolari en France.

« Cela fait longtemps que les victimes attendent. Tout faire pour elles est notre priorité. » Pour les responsables nationaux du Mouvement, Isabelle de Moffarts et Fabio Bertagnin, il était capital que le premier acte fort au lendemain du choc de la réception du rapport soit le dispositif d’accueil des victimes. Le Mouvement a choisi de confier ce travail à la Commission Reconnaissance et Réparation (CRR), « commission indépendante pour les victimes d’abus sexuels commis par des religieux(1) ».

Sa première mission consiste à écouter les victimes et à formuler des propositions de soutien à la guérison et de soutien juridique (notamment en cas de suspicion de non-prescription). Après quoi pourra commencer un « processus de réparation ». La méthode de la CRR propose une médiation avec le Mouvement, de tout type, pouvant amener à un geste symbolique, une rencontre avec un responsable, etc. Une réparation d’ordre pécuniaire, assumée par l’OEuvre, est également envisagée. De plus, la CRR veillera à communiquer régulièrement avec l’instance mise en place par la CEF de façon à ce que les victimes ne souffrent d’aucune disparité de = traitement.

Les co-responsables ont rencontré les dirigeants de la CRR pour préparer au mieux cette mission. « Nous avons adhéré à la CRR parce que c’est une proposition déjà mise en place par l’Église, avec des personnes formées, expérimentées. C’est le meilleur cadre à proposer aux victimes, d’abord, et ensuite à nous, en tant que mouvement. » Ils ont promis une « pleine collaboration » avec le travail de la CRR. Une condition nécessaire, aux yeux des responsables de la commission, pour qui « il n’est pas possible de travailler à la reconstruction d’une victime sans la participation du Mouvement. Nous voulons lui rendre le service de mieux connaître les problématiques de l’abus, afin qu’il dispose d’éléments de plus en plus pertinents pour soigner et prévenir. »

Toutes les victimes d’abus sexuels au sein des Focolari, et pas seulement celles de JMM, sont concernées. « La CCR sait qu’il y a eu plusieurs abuseurs », insiste Fabio Bertagnin. Il n’est pas obligatoire d’avoir été en contact auparavant avec GCPS pour entrer dans cette démarche. Les personnes ayant témoigné lors de l’enquête pourront demander que leurs propos soient transmis à la CRR. « Des proches peuvent nous appeler (maris, femmes, enfants) pour un premier contact, mais ensuite c’est avec des victimes que l’on parle », précise Yves de Clebsattel, délégué général de la CRR. Il ajoute : « Quelques personnes membres des Focolari se sont
déjà signalées. On souhaite que les choses avancent vite et on espère avoir ouvert l’essentiel des dossiers cet été. »

Il est possible de joindre la Commission Reconnaissance et Réparation, via l’adresse victimes@crr.contact ou le site www.reconnaissancereparation.org.

1) Organisme mis en place en novembre 2021 par la Conférence des religieux et religieuses de France (Corref) après le rapport de la Ciase. Il est présidé par le magistrat Antoine Garapon.

 Pour en savoir plus ACHETEZ CE NUMÉRO ONLINE
ou bien
Abonnez-vous à la lettre gratuite !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.