Istanbul 2010, capitale européenne de la culture (avril 2010)

4,00

Le « chacun pour soi » a remplacé l’envie du « vivre ensemble ». L’impression de perdre la maîtrise de son destin et le fait que les inquiétudes légitimes ne sont pas entendues se traduisent en désaffection du politique.

Feuilleter la revue online

UGS : nc542 Catégorie :